Petit Bilan de Saison

 

 

La Grande Motte : un bilan de saison un peu triste

 

Les vacances sont terminées et en cette période de rentrée, un petit retour en arrière vers la saison estivale 2014 s’impose. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il aura fallu  aimer regarder les étoiles dans le ciel, car rien d’autre n’aura illuminé les soirées grand-mottoises. Le théâtre de verdure s’est éteint, laissant derrière lui, et pour la première fois, des années de concerts, de rires, d’applaudissements, sous prétexte d’économies. Une bien triste décision qui est, malheureusement, le résultat d’une gestion irresponsable sur le plan financier, et la conséquence de dépenses inconsidérées lors de la campagne de Stefan Rossignol, empilant cocktails sur apéritifs pour des inaugurations de réalisations de dernière minute. La ville est à sec, plus un centime d’euros à consacrer à un programme d’animation digne de ce nom.

La grande Motte qui devait rayonner à 360° (promesses électorale) est en fait, en train de se scléroser, sans parler du carnaval, et de son pitoyable défilé du dimanche !  Il y a cependant eu 2 spectacles au Pasino, ainsi le maire a tout de même pu, en achetant environ 240 places, continuer à inviter pour services rendus.  Le jeudi 14 aout un couple de mes amis, accompagné de 2 enfants, a assisté au concert de DEE DEE BRIDGWATER au Pasino, ils avaient payé leurs places 35 euros,  au moment de la réservation on leur avait suggéré d’arriver une heure avant le spectacle,  de manière à pouvoir  choisir une bonne place, puisqu’il était précisé dans la publicité, que le placement était libre. C’est ce qu’ils ont fait. En entrant dans la salle,  ils furent très  étonnés de voir que toutes les bonnes places, environ 240,  avaient été réservées par la mairie de La Grande Motte. Force était de constater, que le placement pour les spectateurs ayant payé leur place,  était effectivement libre,  mais dans les 4 derniers rangs. Mes amis se sont sentis trompés, voire escroqués, devant une soirée privée, qu’ils ont cofinancé à leur insu,  en croyant que le placement était libre, et que dire des pigeons que nous sommes, dont les impôts servent à acheter des places de concert, dans le seul but de combler d’aise  les aficionados du maire et de son équipe. Mais la question qui reste en suspens concerne l’avenir du théâtre de verdure.

Lors d’une réunion avec les riverains du ponant, son implantation sur la presqu’île avait  été évoquée par les élus présents, et a soulevé un véritable tollé général de la part de l’assistance. Quant à l’argument qui consiste à dire que de la commission de sécurité a émis un avis défavorable à son ouverture au public, il n’est pas recevable,  puisque  le spectacle de Mer et Mouvement en juin a bien eu lieu, et ce, en présence de spectateurs.  Il serait grand temps, que le Maire et son adjoint à la culture, nous fassent part de leurs projets concernant le théâtre de verdure, si tant qu’ils en aient un,  car sans entretien et à l’abandon,  ce théâtre se dégrade, constituant ainsi  un affront de plus à l’œuvre de Jean BALLADUR.

 

                                                                                                                                                                                                                                             Sylvie BERGER 



Ajouté le 04/10/2014 par Le Lien - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA