Intervention de Sylvie BERGER

 

Intervention en séance de Sylvie BERGER au  dernier Conseil Municipal concernant le vote du budget 2015 de notre ville et de ses conséquences

 

 

Monsieur le Maire,

Je tiens à préciser que, même si je siège seule au conseil, la préparation de ce conseil s’est faite avec mon équipe : Roger SHALLER (dont les compétences en matière de finances publiques  sont incontestables, à préciser que ni le Maire, ni son adjoint aux finances, ni moi, ne possédons le 10 ème de ses connaissances en la matière), mais aussi  Michel COURS, Jean-Yves BOUGEROL, Annie BIANCHI, Maurice SEGALA, William WISTE tous très au fait des problèmes budgétaires et de leurs conséquences.

Mon intervention ne sera guère différente de celle du DOB, et le budget que vous nous présentez est sans surprise.

Ils confirment  nos craintes sur la situation dégradée de La Grande Motte.

Vous avez bénéficié depuis 2009 de recettes exceptionnelles pour plus de 7 millions d’euros,  héritage de l’équipe DUNOYER dont je faisais partie. Vous les avez dépensé années après années pour équilibrer vos budgets, dégageant ainsi un autofinancement fictif, qui n’était en aucun cas dû à votre bonne gestion. Ces recettes exceptionnelles ne se reproduiront plus,  il vous faut maintenant  gérer avec les recettes courantes ce qui entraine les énormes difficultés actuelles.

Aujourd’hui , dans ce budget prévisionnel 2015,  vous faites état d’une diminution de recettes  liée à la baisse historique des dotations de l’état  obligeant la collectivité à  faire des économies, cette baisse ne représente en fait que 700 000 euros (1% environ du budget global de la ville),  compensée par les hausses des diverses redevances d’occupation du domaine public par les commerçants, l’augmentation des droits de  stationnement,  et une diminution des dépenses de fonctionnement  et si vous n’aviez pas fait un cadeau royal de 250 000 euros au Pasino, les économies et l’augmentation des recettes réalisées, couvriraient plus que largement la baisse des dotations de l’état.

Le problème est que votre budget est en réalité déficitaire, c’est pourquoi pour couvrir ce besoin de financementvous faites voter les comptes administratifs en même temps que le budget de manière à pouvoir  légalement affecter un excédent de 850 000 euros  en section  de fonctionnement et 4 millions dans la section d’investissement, ce qui n’est toujours pas suffisant puisque vous devez contracter un emprunt supplémentaire de 2 millions d’euros pour couvrir l’intégralité des restes à réaliser (contrats signés et en cours d’exécution)

De plus les recettes courantes sont insuffisantes pour dégager un autofinancement net qui permettrait de rembourser l’annuité de la dette d’un montant de 1 430 000 euros.

Pourtant, cette situation aurait pu être évitée car vous n’étiez pas sans ignorer l’impact de la crise économique de 2008, et, d’autre part, dès 2013  vous étiez informé de cette dégradation par  le rapport du cabinet FINANCES ACTIVES commandité par vous. Ce rapport faisait état d’une absence d’autofinancement, donc pas de ressources propres pour financer l’investissement, Il constatait une augmentation des dépenses et ce graduellement depuis le début de votre 1er mandat d’environ 3 % par an, et d’une diminution des recettes, de ce fait un effet ciseau clairement caractérisé, je cite p. 9

 Ce rapport  préconisait :

 Page 12 :

« …avec une épargne nette qui tend vers le négatif la ville devrait prévoir de limiter ses investissements et débuter un désendettement……la section de fonctionnement n’est plus en mesure d’assurer le financement de l’annuité de la dette……… » 

Page 10 de préciser :

«  ….les comptes administratifs peuvent aussi  être compliqués à partir de 2014-2015 du fait de la faiblesse de l’autofinancement…………… ».

Et c’est l’exacte situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui. C’est bien là le principal reproche que l’on peut vous faire, averti depuis 2013 de cette situation dégradée, mais guidé par vos ambitions électorales,   vous n’avez tenu aucun compte des préconisations de ce rapport. Cette étude, financée par nos impôts, n’aura donc servi à rien. Aujourd’hui vous vous lamentez sur la baisse des dotations de l’Etat,  alors qu’en réalité vous êtes seul responsable de cette gestion suicidaire. Vous dites maintenant  que toute dépense sera jugée en fonction de l’utilité, de la pertinence de l’efficacité, ce qui laisse à penser qu’auparavant vous dépensiez  notre argent  sans tenir compte de l’efficacité, de l’utilité et de la pertinence. C’est tout simplement consternant.

J’ai voté contre ce budget qui est le résultat d’une mauvaise gestion. Le maire averti des dangers et des conséquences financière graves que représentait la crise économique que nous traversons depuis 2008, a continué à mener une politique sans conscience, avec toujours comme toile de fond ses ambitions personnelles.

Les prochains matins seront difficiles pour les porte-monnaie grand-mottois !



Ajouté le 10/05/2015 par Le Lien - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA