Les Parkings Payants

 

Racket  sur les Parkings Payants

 

 

Le lundi 4 mai les habitants de tout le centre- ville  se sont réveillés un peu sonnés,  quand ils ont constaté les peintures fraiches sur la chaussée, mentionnant la mise en place du stationnement payant.  Rien ne laissait prévoir que le stationnement payant serait élargi à tout le centre- ville, hormis bien sûr,  le fait que les caisses de la ville  soient vides, il faut bien trouver de l’argent d’une manière ou d’une autre.

C’est ainsi que notre maire alchimiste,  qui ne sait pas transformer le plomb en or (ça se saurait !) transforme l’impôt en taxe, ce qui revient au même dans la mesure ou les grand-mottois paieront de toutes façons.

Je ne suis pas foncièrement hostile au stationnement payant en  centre-ville, cela  permet souvent de résoudre les problèmes de voitures ventouses et de faciliter l’accès aux commerces, encore faut- il que les tarifs soient adaptés et ne fassent pas penser à une forme de « racket » !

Les résidents et riverains se voient appliqués des abonnements en zone orange, de l’ordre de 90 euros par mois soit un budget de 1080 euros par an , sans aucune certitude de trouver une place en période chargée. Que dire de la zone verte ou le stationnement est payant dès la 1 ère minute, obligeant les parents qui amènent les enfants à l’école à s’acquitter du paiement sous peine d’être verbalisés. Nombreux ont trouvé la solution en  stationnant sur les bas-côtés de l’avenue du Général Leclerc, qui, ne l’oublions pas, et une route départementale qui traverse la ville  ce qui pose d’autres problèmes et dont un majeur celui de la sécurité, en effet la décente des personnes du véhicule se fait sur la voie. 

 Comme d’habitude pour justifier sa décision le maire s’appuie sur une étude, une de plus ! C’est ainsi que pour 90 000 euros le cabinet Transitec s’est vu confié  l’analyse du stationnement sur La Grande  Motte. Il a constaté entre autre,  qu’en aout il y avait plus de voitures garées dans la journée sur les parkings près des plages, que la nuit ;  il est vrai que rares sont les personnes qui vont à la plage la nuit.  Le cabinet a recensé 1000 voitures ventouses, rien de bien surprenant dans tout cela, on peut tout de même  se poser la question du positionnement des zones. Pourquoi le quai Pompidou en zone orange, et le quai Robert Fages en verte, alors que rien ne les différencie vraiment. Comme à son habitude, le Maire a pris sa décision sans concertation, en ignorant volontairement les personnes concernées, refusant l’affrontement direct de crainte de la polémique. 

Ainsi  les commerçants, les professionnels, et les syndics de copropriété, tous lourdement pénalisés  par ces mesures, n’ont pu exprimer  leurs avis et ont été mis devant le fait accompli.  Pire ils ont été conviés à une réunion d’information qui avait lieu le mardi 5 mai, la convocation ne leurs parvenant que la veille, voir le jour même pour certains. On comprend leur colère et qu’une pétition circule en ville !

Les usagers qui vont être le plus pénalisés, ce sont toujours les mêmes,  ceux qui se déplacent mal, et qui ont besoin de leur voiture. Certes ils auront plus de chance de trouver une place, mais on sait que 45 minutes quand on va chez le médecin, par exemple c’est  insuffisant, 1 heure de gratuité aurait été plus raisonnable, notamment aussi pour les personnels de santé à domicile.

  De plus il va falloir surveiller toutes ces zones et bien sûr pénaliser, pour ce faire il faudra engager de nouveaux agents, et du coup augmenter la masse salariale. L’observatoire qui sera mis en place, analysera si ce dispositif est réellement rentable pour la ville, car au final, le maître mot est bien là : La rentabilité !  Force est de constater, que le Maire a pris une décision  mal présentée, mise en place à la hâte, sans aucune concertation, et au final des grand-mottois insatisfaits qui vont encore devoir,  mettre la main au porte-monnaie avec en plus un sentiment d’injustice pour certains et d’inégalité pour tous. Encore une notion d’économie de gestion du budget de la ville passée à la trappe en imposant une taxe de plus.

                                                                                                                                                                                   Sylvie BERGER



Ajouté le 12/06/2015 par Le Lien - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA