Conseil Municipal du 10 Mars 2016

 

Les échos du conseil municipal du 10 mars 2016

Ou tout ce que vous n'avez pas su de ce conseil

 

Il serait présomptueux de vouloir résumer le conseil municipal qui comportait 31 questions à l’ordre du jour. Je me bornerai donc,  à en reprendre quelques éléments notoires.

En introduction aux questions relatives à la vie associative, j’évoquais la situation de la maison des associations, et notamment la salle de conférence, où le matériel était la plupart du temps déficient et hors d’usage. Le responsable des associations, il est vrai,  très impliqué et sur le terrain,  me faisait remarquer que tout allait bien et m’invitait à venir le constater de visu. J’insistais cependant sur l’état du matériel,  sur le fait qu’il pourrait être placé,  sous la responsabilité du personnel qui gère le centre culturel et  Haute Plage, personnel qualifié dans la maintenance de matériel hight tech. Je n’ai pas eu de réponse à cette suggestion.

 Concernant le vote des subventions, on remarquait l’absence de Thierry BOUVAREL adjoint aux sports, « retenu par ailleurs », ainsi, sauvé par le gong il échappait aux questions qui fâchent et notamment concernant l’absence de subvention pour le Pyramide Football Club, ce dont je m’étonnais.

A ce sujet, il semblerait qu’un litige oppose un nouveau club crée en novembre, avec une vingtaine de membres dont 10 grand-mottois,   au Pyramide Football Club de plus de 30 ans d’existence,  fort de ses 75 enfants  tous grand-mottois. Les explications du maire ont été  peu convaincantes, évoquant de manière très évasive que la subvention était gelée  en attente d’un rendez-vous qu’il avait la semaine suivante avec l’espoir de régler ce conflit.

 Je faisais également  remarquer que « de source sûre » Mr BOUVAREL avait déclaré, devant témoins,  que le terrain d’Honneur du parc des sports serait transformé en terrain de rugby et que les engins d’entretien du parc seraient déplacés pour faire place à un Club House pour le rugby.  N’ayant rien contre le rugby, c’est d’ailleurs l’équipe Dunoyer qui avait  transformé le terrain stabilisé pour en faire un terrain de rugby, je soulignais qu’il y avait 2 poids 2 mesures dans l’attribution des avantages  aux associations eu égard aux critères avancés par la ville. Après avoir qualifié mes propos « sans fondement, erronés voire mensongers », il m’a été répondu que rien ne pouvait permettre de dire que la ville s’engageait dans ce projet. Dont acte.

Quoiqu’il en soi, ayant gardé des contacts au parc des sports, je suis en mesure d’affirmer, que la tension et l’incompréhension par rapport à l’équipe municipale dans son approche du football sont bien réelles. Certains considèrent même,  que si l’équipe municipale voulait faire disparaître le football à La Grande Motte, ils ne s’y prendraient pas autrement.

Le plus surprenant dans ce débat, fût certainement l’intervention  du groupe Front National, qui après avoir longuement complimenté le groupe majoritaire sur la gestion des subventions,  m’a interpellé, mettant en cause la façon dont les subventions étaient attribuées aux associations sportives, lorsque j’étais adjointe au maire :   « du saupoudrage, sous-entendu, sans conscience et sans critères d’attribution ». Bien évidemment je précisais, que nous retenions les demandes de la même manière. Le nombre de moins de 18 ans, la situation financière de l’association, ses résultats sportifs,  sa capacité d’animation pour la ville, ses projets d’évènement etc….. De ce fait les subventions étaient données à bon escient !

Je m’étonne encore de ces remarques  partisanes stupéfiantes de la part d’un  « conseiller d’opposition »  fraîchement élu,  n’ayant aucune expérience de la gestion municipale. En me prenant pour cible et en complimentant le maire et son équipe, y verrait-on là  un semblant de tentative de rapprochement avec le groupe majoritaire ? Il est vrai qu’à la vue des résultats du deuxième tour des élections Régionales ou le Front National a fait plus de voix que notre maire tête de liste pour l’Hérault, Président de la Communauté d’Agglomération et, pire, maire de La grande Motte. Récupérer pour l’avenir  des voix du côté du FN serait peut-être bienvenue !

Je passe sur le fait que j’ai proposé ma candidature pour faire partie du jury qui interviendra dans le choix le du cabinet désigné dans  le cadre de l’extension du port. Je faisais remarquer que je ne m’opposais pas à cette extension, mais que je souhaitais pouvoir apporter une vision critique mais néanmoins constructive à ce projet de par mon expérience. Le groupe majoritaire a eu 4 sièges et c’est un membre du groupe Front National opposé à l’extension du port qui a eu le 5ème siège !

 On y est…

 

On arrivait à la fin de ce conseil, et à son plat de résistance, le BUDGET.

Après avoir entendu le maire évoquer la bonne situation de la ville, malgré les diminutions de recettes infligées à la commune par l’état, après avoir écouté un adjoint aux finances débordant d’optimisme, ne tarissant pas d’éloges sur ce budget, dont il finissait par croire qu’il l’avait réellement fait. Un peu d’humilité et remerciements à la compétence des agents municipaux,  qui ont travaillé sur ce budget prévisionnel 2016 auraient été de mise !  J’intervenais donc, suite à cette démonstration d’autosatisfaction, pour remettre les pendules à l’heure.

Et l’heure est à la prudence budgétaire, aux économies, ce que nous préconisons depuis 2008, début de la crise économique, mais le maire, sourd à nos mises en garde,  a dépensé sans compter, y compris l’héritage laissé par l’équipe Dunoyer pour plus de 6 millions d’euros, aujourd’hui la ville n’a pas d’épargne suffisante pour couvrir l’annuité de la dette, en clair le budget de la ville n’a pas assez de trésorerie pour rembourser l’annuité des emprunts ! Quant aux investissements ils seront entièrement financés par un nouvel emprunt qui contribue à augmenter la dette et sa durée résiduelle. (Rapport Cabinet Finances Actives : en 2007 : dette 18 millions pour une durée résiduelle de 11 ans, aujourd’hui 20 millions d’euros pour une durée résiduelle de 15 ans).

 

Je faisais remarquer que le maire devait arrêter de se lamenter sur la baisse des dotations de l’état, car si l’on reprend les chiffres, elle n’est en fait que de 300 000 euros, en effet  l’état qui prend d’un côté redonne de l’autre, en revalorisant les valeurs locatives, et c’est + 200 000 euros qui s’ajoutent aux recettes  de ce budget,  cadeau du gouvernement, que nous grand-mottois,  allons entièrement financer par le biais de nos impôts locaux. Et si on ajoute  le produit des jeux du Pasino en augmentation,  on doit arrêter là les lamentations,  en tant que maire responsable on assume seul ses erreurs et sa gestion sur le fil du rasoir.

Certains postes diminuent et notamment les espaces verts, une baisse de ce service, à mon sens risque de le mettre en difficulté et adieu la 4ème fleur en classement. La végétation progresse, l’entretien est déjà très difficile à l’heure actuelle. Quid de l’entretien à venir avec une baisse de moyens ? Mme Genin-vignaud me répondait que le service serait moins réactif sur des actions ponctuelles déclenchées par des plaintes de branches gênantes,  de végétation invasive, etc… de petits problèmes souvent révélés par « allo mairie »

Une participation au budget de l’office de Tourisme d’un montant de 2 509 386 euros en progression de 24 328 euros, alors qu’il n’y a plus de spectacles au théâtre de verdure (transformé en parking) quasiment plus d’animation, les vacanciers n’ont plus que les feux d’artifice pour égailler leurs vacances, et si on se compare aux autres stations balnéaires on a vraiment perdu le sens de la fête !

A noter une prévision de recettes en diminution de 50 000euros concernant le stationnement alors qu’il est étendu à tout le centre-ville. Il semblerait  que les élus aient été un peu trop optimistes concernant les recettes du stationnement payant !

Les catalogues et imprimés en hausse de 3000 euros, si le guide culturel est lié à cette augmentation, on peut vite réaliser une économie, car dans cette édition remarquable, sur les  41 manifestations culturelles répertoriées seules 7 ne sont pas des activités régulières de la bibliothèque, du conservatoire, du cinéma ! Un recto verso aurait suffi.

Pour les investissements, tout comme en 2015, ils relèvent plutôt de l’entretien général de la ville, comme voierie, pluvial, éclairage, travaux divers, rien de structurant (pas de nouveaux équipements).

 

 

Comme je m’y suis engagé, je continuerai assurer ma présence assidue aux conseils municipaux. Je le dois à tous ceux qui m’ont fait confiance aux dernières élections municipales. J’assume la charge de cette fonction avec sérieux, réflexion, privilégiant toujours le côté constructif, évitant ainsi de tomber dans le piège des attaques personnelles, et je remercie tous ceux qui m’aident et m’apporte leur compétence dans  la préparation de ces conseils.

 

                                                                                                                                              Sylvie BERGER

                                                                                                                                               Conseillère Municipal

 

 



Ajouté le 21/03/2016 par Le Lien - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA