Le PLU de La Grande Motte

 

 

 

 

 

Dans les méandres d’un PLU grand-mottois dont on ne connait toujours pas les véritables enjeux

 

De réunions en réunions le discours sur le PLU change, le maire modifie la forme mais pas le fond

 

Suite à une première réunion calamiteuse le 14 septembre à Haute Plage sur le PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui s’est achevée au son des huées et des sifflets, le maire conscient de son échec qu’il attribuait candidement à la météo et à la défaillance des moyens techniques, a organisé une autre réunion pour mieux comprendre ce fameux PLU.

Cette fois, à grand renfort de battage, presse, infolettre, affichage, sms, mais aussi lettre personnelle aux grand-mottois, il invitait la population à se réunir dans le prestigieux grand auditorium du palais des congrès. Il mettait les grands moyens pour réparer les dégâts ! Donc ce 26 septembre les grand-mottois étaient venus en nombre pour avoir enfin des explications dans le cadre d’une soi-disant réelle concertation.

Stéphan Rossignol dans son discours d’introduction surprit tout le monde, tant le ton avait changé, nous avons assisté à un véritable virement de bord, ville nautique oblige. Etouffé le projet-ville Port, alimenté selon le maire par des rumeurs infondées, par des bruits que faisaient circuler des individus sans scrupules et mal informés, et que tout cela n’était que mensonges…

Que dire alors de tous les documents papier glacé distribués lors des différentes réunions sur le projet Ville-Port, où tout semblait acté, constructions, voies d’accès, parkings ! Sur les interrogations des séniors un peu malmenés lors de la réunion à Haute Plage, là aussi, petite volteface, plus question de les pointer du doigt dans le cadre du renouvellement de la population, on prévoit même de leurs construire des logements adaptés !  Sur les secteurs à potentiel de mutation, on réduit la voilure, seuls 12 secteurs restent concernés !

Pour le coup ce PLU semblerait presqu’acceptable si on faisait abstraction des nuisances occasionnées à certains résidents : villas de haute plage avec un immeuble de 2 étages plongeant sur les jardins, centre-ville 9 étages face aux Incas, secteur gendarmerie immeuble de 5 étages, sans parler du grand travers où les villas devront s’habituer à contempler 4 étages de leurs fenêtres. Acceptable pour ceux qui ont la candeur d’y croire, mais peu réaliste, c’est l’arbre qui cache la forêt !

Car d’autres contraintes, et pas des moindres, pèsent à terme sur cette nouvelle mouture du PLU, à savoir des documents tels que le SCOT (schéma de cohérence territoriale) et le PADD (programme d’aménagement de développement durable) qui fixent les objectifs de La Grande Motte en matière d’urbanisme, qui eux, sont bien réels et ont été élaborés très sérieusement avec les services de l’état, le département et la région.

Ces documents règlementaires restent inchangés : 500 logements autour du port, sur un total de 1300 nouveaux logements pour La Grande Motte. Les services de l’état ne se contenteront certainement pas d’un PLU si peu en conformité avec ces documents qui établissent les objectifs, qui, je le rappelle, ont été validés par les élus de l’Agglomération du Pays de l’Or, dont Stephan Rossignol est président...

Le préfet peut reprendre la main et obliger la ville de La Grande Motte à réviser à nouveau ce PLU s’il n’est pas compatible, notamment avec les orientations d’un SCOT( Schéma de Cohésion Territoriale). Le maire se voulait rassurant et beaucoup sont repartis, semble-t-il, presque tranquillisés, mais il a oublié de dire qu’il avait lui-même écrit la page, et que, malgré beaucoup de points nébuleux, l’histoire était en marche. La méfiance et la vigilance doivent donc impérativement être de rigueur.



Ajouté le 06/10/2016 par Le Lien - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA