L'affaire des aires à déchets verts

L’affaire des aires à déchets verts du quartier des villas

 

 

Comme l’absence d’animations festives était lourdement présente pendant la saison estivale, notre équipe municipale se concentre sur des décisions concernant la vie de tous les jours des grand-mottois sans qu’il n’y ait un minimum de préparation. Après, semble-t-il, mais soyons prudent, l’abandon des immeubles dans la zone portuaire, voilà que nos édiles s’attaquent à des restrictions de services aux résidents du quartier des villas. Brutalement, une décision de suppression des aires à déchets végétaux a été prise dans la hâte et sans préparation, soulevant une vague de contestation sans précédent.

De quoi s’agit-il ?

Depuis l’origine de La Grande Motte et compte tenu de sa particularité de « ville parc » ayant un atypisme notoire concernant les importants espaces verts privés, il avait été décidé d’implanter dans le quartier des villas des espaces de stockage des déchets végétaux privés. Cela pour un confort de manutention des riverains et un regroupement de la collecte.

Dorénavant dans un souci « d’économie » la collecte se fera en « porte à porte » une fois par mois…

Vous vous rendez-compte des dégâts environnementaux que cela va engendrer !

Notre association est harcelée de coups de téléphones de courriers et de visites sur ce sujet.

Sylvie Berger siégeant au Conseil Municipal dans le groupe d’opposition a décidé de prendre l’affaire en main pour réagir et vous éclairer sur cette décision impromptue que nous vous rapporterons sur ce site à l'issue de sa rencontre avec la direction des services de la ville

 

Ci-dessous un des courriers de nos lecteurs évoquant avec pertinence l’état des lieux.

 

La Grande Motte Ville Jardin 

 

Les propriétaires de villa  de la Grande Motte viennent de recevoir simultanément leurs avis d’imposition pour les impôts locaux et un avis leur signifiant la suppression de la collecte des déchets verts.

Cette année encore les impôts locaux ont augmenté, de plus de cinq pour cent. Depuis que Monsieur ROSSIGNOL est maire de la commune leur progression est de plus de quarante pour cent !  Bravo, quand on sait que les prix, les salaires et les retraites ont très peu évolué depuis cet événement.

Seul le pouvoir d’achat, suite aux différentes augmentations d’impôts, a régressé ! C’est avec un cynisme assumé que la municipalité a osé écrire que cette année la commune assurait l’équilibre de son budget sans augmenter les impôts mais après avoir transféré, une fois de plus, des charges vers l’Agglomération de l’Etang d’Or. Transfert qu’il nous faut maintenant payer !

Ce matraquage fiscal a été accompagnée d’une régression des prestations : limitation des tournées de ramassage des déchets ménagers avec pour conséquence des odeurs pestilentielles pendant  la saison touristique, suppression de l’activité culturelle durant la saison estivale, privatisation de l’école de voile avec, pour conséquence, une forte augmentation des tarifs, majoration des tarifs du centre aéré pour les petits enfants en séjour chez leurs grand-parents, non remplacement des filets de protection sur le terrain de basket de la coulée verte depuis plus de cinq ans (ceci présente un risque d’accident potentiellement mortel pour les jeunes enfants jouant dans les patios des villas voisines), non élagage, en infraction avec le Code Civil, des plantations situées contre les murs des villas, abandon des bas-côtés de certaines rues de la commune, non nettoyage  de certaines placettes où l’herbe pousse sur les déchets jamais ramassés, non entretien, en plein centre ville, des trottoirs de l’avenue de Melgueil….

A quoi ces impôts ont ils servis ?

Le plus visible est  la requalification des avenues de l’Europe et d’une partie de l’avenue de Melgueil. Le grand nombre de chutes provoquées par des marches difficilement visibles, l’inconfort sonore, les nombreuses dalles cassées remplacées ou pas, les potelets tordus de plus en plus souvent non remplacés témoignent de l’incompétence des promoteurs de cette réfection ! Les grandmottois,  leurs visiteurs sont consternés par la rapidité de la dégradation de ces aménagements réalisés à prix d’or !

Les augmentations d’impôts constatées s’avèrent manifestement insuffisantes pour que la commune puisse assurer la continuité de ses prestations de là la suppression de la collecte des déchets verts. Alors que les villes nouvelles de la région parisienne (Cergy-Pontoise, Marne la vallée, Saint Quentin en Yvelines...) assurent, dans les zones pavillonnaires, chaque lundi, la collecte à domicile des déchets verts, la Grande Motte qualifiée de «  Ville Jardin » innove en supprimant la collecte existante.

Dans un jardin ces déchets sont importants et récurrents. Pour ce qui me concerne le seul ramassage, dans mon jardin, des aiguilles de pin provenant des pins de la commune est d’environ cent litres par semaine. Est ce à moi à porter les déjections de la commune à la décharge ? En plus comment faire dois-je acheter un véhicule pour porter une ou deux fois par semaine mes déchets verts en décharge ? Suis-je obligé de recourir aux services d’un jardinier professionnel ? Avec quel argent ?

Autrefois nos maires étaient des personnes qui après avoir fait la preuve de leur compétence dans leur activité professionnelle mettait celle-ci au service de leur commune, le plus souvent à titre gracieux. Est-ce encore le cas ?

 



Ajouté le 27/10/2016 par Le Lien - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA