Déchets verts et concessions de plage

 

Entre déchets verts et concessions de plage : les méandres municipaux

 

 

         Après cette période grand-mottoise de souhaits et de vœux en tous genres, qui, nous l’espérons se réaliseront pour la plupart d’entre nous, saluons le retour à la raison du maire et de son équipe concernant la collecte des déchets verts. Nous avions, lors d’un entretien, alerté le Directeur Général des Services (Mr Careil à l’époque) sur la difficulté de mise en œuvre de la nouvelle procédure de collecte pour les administrés, essentiellement dans le quartier des villas,  suite à la suppression des points de collecte centralisés. En conséquence de quoi et après avoir écouté notre proposition, celle-ci s’était soldée par une fin de non-recevoir. Le temps aidant, Il est heureux que nos élus se soient enfin rendu compte du volume considérable des déchets verts à collecter, même en hiver, et que cela n’était pas du fait du soi-disant dépôt sur les aires dédiées par des entreprises étrangères à La Grande Motte. C’est ce qui avait était invoqué lors de cette réunion pour motiver le changement de procédure (voir notre article sur ce même site). Preuve que l’opposition toujours fustigée par le Maire pour son manque de proposition et sa critique systématique, peut aussi avoir des arguments qui se révèlent constructifs au final. Merci Monsieur le Maire d’en prendre acte !

          Mais comme tout n’est pas rose au royaume de La Grande Motte, je souhaiterais revenir sur le conseil du 20 décembre 2017, et notamment sur l’attribution des lots de plages.

        Le 16 octobre la commission d’attribution de délégation de service public (DSP) se réunissait afin de présenter à ses membres l’analyse des offres effectuée par nos services de manière à éliminer les dossiers incomplets ou non conformes sur l’attribution de ces lots.

          On nous informait également, qu’une phase de négociation s’ensuivrait avec les candidats qui étaient en concurrence sur un même lot en parfaite adéquation avec le code des marchés publics. A l’issue de cette phase de négociation, j’ai reçu en tant que membre de la commission, un rapport écrit m’informant que tel candidat avait été retenu ou pas. Cependant la lecture de ce rapport a suscité pour moi de nombreuses interrogations.

Lors du conseil j’ai donc exprimé le regret que ce rapport n’ait pas été présenté à la commission dont je fais partie. J’aurais souhaité  poser certaines questions auxquelles le maire aurait pu répondre en toute liberté. Par exemple : quelles sont les personnes qui ont mené les auditions des candidats ? Mais aussi :  pourquoi avoir choisi tel candidat plutôt qu’un autre sur un même lot ?

          Les motifs invoqués sur le rapport écrit méritaient quelques éclaircissements que la commission était en droit d’attendre. Je ne doute pas de la légalité, ni de l’honnêteté avec lesquelles les auditions ont été menées, mais j’aurais souhaité que la commission en soit informée directement lors d’une réunion officielle. Je rappelle que je n’ai aucun état d’âme sur le choix des candidats tant qu’ils respectent La Grande Motte, sa quiétude, sa sécurité et son image. Mais en tant que membre de l’opposition faisant partie de cette commission j’ai nettement l’impression d’avoir été laissée à la porte et je m’interroge sur l’utilité de ma présence à celle-ci, si ce n’est par obligation légale. 

          Je précise que les remarques que j’évoque ici ont été exprimées dans le cadre du conseil municipal et en présence du public. Il n’y a donc aucune atteinte à la confidentialité, comme on a pu me le reprocher dans un courrier me sermonnant en termes choisis, sur la rédaction d’un article paru sur ce même site concernant le jury de concours du projet ville/port, (voir article du 15 novembre 2017).

          Je m’étais bornée à reprendre la procédure sans vouloir remettre en cause les modalités d’analyse, sans citer aucun nom ni entreprise, à part l’Or Aménagement, dont tout le monde sait que cette société mène, depuis le début, les études sur ce projet. Alors que dire du Maire, qui ne s’est pas gêné pour se servir des propos tenus lors de cette réunion, et dans un cadre confidentiel par Mr Gineste Architecte garant de l’esprit de Jean Balladur, pour « vendre » son projet lors d’une réunion du Comité Local des Usagers Permanents du Port (C.L.U.P.P.)On peut d’ailleurs s’étonner à cette occasion de la position étrange du représentant des plaisanciers, favorable au projet devant le Maire, alors qu’il fait partie d’une association qui se bat contre ce projet depuis sa création ! Chercher l’erreur ! De plus un article était  paru dans Midi Libre sur le sujet. Se pourrait-il qu’il y ait à La Grande Motte 2 poids 2 mesures sur la liberté d’expression des élus, voire une approche très particulière de la démocratie ?



Ajouté le 25/02/2018 par Le Lien - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA