Les Vendredis du Maire

 

J'ai assisté à la séance "Des Vendredis du Maire" du 06 Avril 2018

 

Le 6 avril dernier, le Maire renouait avec « les Vendredis du Maire », tombés dans les oubliettes depuis plus de 6 ans, mais qui reprennent du service à point nommé, une manière élégante et discrète, d’être le premier à tirer le coup d’envoi de la campagne électorale des prochaines municipales.

En préambule, Stephan Rossignol s’est lancé dans un long monologue, marqué par l’autosatisfaction de sa gestion depuis 10 ans, pendant lequel il a essayé de convaincre, de persuader, avec ses certitudes, que ses projets étaient l’avenir de La Grande Motte. Concernant le projet ville/port, ses arguments sont difficilement recevables. Il cite en exemple le fait que les employés municipaux ne peuvent pas se loger à La Grande Motte. Je ne pense pas que le prix du m2 soit plus abordable dans les futures constructions autour du port. Quant à l’obtention d’un logement social, il est lié au revenu et, souvent un couple avec 2 salaires dépassent le plafond très encadré, de plus, lors des commissions d’attribution par les services sociaux, La Grande Motte n’a aucune priorité et a bien du mal à faire entendre sa voix !

 

Au bout de 40 minutes d’exposé, le Maire a enfin laissé la parole aux participants. Les problèmes évoqués concernaient essentiellement : les nuisances sonores générés par les plages privées, les sorties tardives de La Dune et le tapage nocturne qui s’en suit. La prolifération des moustiques, véritable problème de santé publique, je passe sur les nuisances occasionnées par les lapins, les canards, les goélands et autres volatiles ! Les quartiers oubliés par l’entreprise Nicollin en termes de propreté. Les poubelles qui débordent, sans parler des encombrants qui jonchent certaines rues et ce de manière quasi permanente, l’entretien des espaces verts, mais aussi l’intervention de commerçants qui ont vu leurs terrasses dévastées par l’épisode neigeux et qui, double peine, doivent déposer un permis de construire à quelques semaines de la saison.

 

 Autres scandales : Le terrain de camping derrière les peupliers de la Mer, encombré de monceaux de gravats, terrain qui doit être vendu, puisque devenu inconstructible par le PPRI (Plan de Prévention du Risque d’Inondation). La piste cyclable inondée sur la liaison LGM-Carnon impraticable et fermée pendant plusieurs mois. Le Maire s’est voulu malgré tout assez persuasif dans ses réponses, il a pris note des doléances des uns et des autres et, pour plus d’information il a fait intervenir Mr Jean-Michel Weiss pour la Police Municipal, Patrick Thiebault pour les espaces verts et Sophie Reynaud pour l’urbanisme, tous au service de la collectivité avec compétence. Malheureusement, on sait que ça n’est pas d’un coup de baguette magique que ces éternels problèmes vont se régler. Avec toute la bonne volonté du monde, comment être sûr que les plages privées respecteront le cahier des charges, ce ne sont pas les amendes dérisoires qui leur font peur, et le préfet prononce rarement une fermeture administrative !

 

Pour ce qui est de la propreté négligée de notre cité, l’entreprise Nicollin allègue qu’elle n’a pas assez de personnel, mais quand elle répond à l’appel d’offre pour l’attribution du marché de la propreté de la ville, sur le papier, il est annoncé qu’elle dispose de tous les moyens nécessaires pour remplir le contrat, tant en personnel qu’en matériel, chercher l’erreur ! Ses méthodes de gestion ne doivent en aucun cas interférer sur son obligation de résultat, à la ville aussi d’effectuer un contrôle plus rigoureux sur le terrain !

 

Quant à la piste cyclable LGM-Carnon, le Maire a carrément botté en touche, invoquant l’entière responsabilité du Maire de Mauguio-Carnon Mr Yvon Bourrel, en soulignant qu’à plusieurs reprises il l’avait sollicité pour remédier à ce problème. Quand on utilise cette piste cyclable, et j’encourage le Maire à le faire, on se rend compte que ce n’est pas un problème d’entretien, ni quelques branches qui dépassent ou des amas de sables sur la piste qui sont en cause. Le problème majeur est que la piste et les parkings sont inondés pendant plusieurs mois. Le niveau d’eau est tel, qu’il tangente parfois celui de la 4 voies. Il ne faut pas être bien malin pour comprendre que d’avoir minéralisé donc imperméabilisé toutes ces surfaces de ce parking empêche l’absorption naturelle de toute cette eau. La volonté de protéger la dune du front de mer, enfin je l’espère, en supprimant la RD 59, semble avoir créé d’autres problèmes, que le Maire de Mauguio-Carnon ne devrait pas être le seul à supporter. La responsabilité de la Communauté d’Agglomération, dont notre Maire est président, doit être engagée pour résoudre ce problème, car pendant ces nombreux mois de fermeture, aucun accès à Carnon n’est possible en vélo, puisque, rappelons-le, les voies le long du canal sont interdites à leur circulation.

 

Le Maire est donc venu au contact des grand-mottois, mais aura-t-il convaincu ? Tous ces problèmes sont récurrents et n’ont jamais véritablement été résolus. Elu depuis 10 ans, comment peut-il raisonnablement faire croire que les choses vont s’arranger rapidement en peu de temps ? C’était la première réunion d’une longue série, mais d’ici 2020 le Maire, à priori candidat, va devoir tenir la distance avec ces « Vendredis du Maire »,  car, gageons qu’en se rapprochant de l’échéance électorale, ces rendez-vous prendront vraisemblablement et malheureusement l’allure de règlement de comptes, ce que personnellement je ne souhaite pas, mais que je redoute,  surtout quand je vois le profil affiché sur les réseaux sociaux de certain candidat.

 

                                                                                                                                                  Sylvie BERGER

 

 

 



Ajouté le 11/04/2018 par le lien - 0 réaction

Réagir


CAPTCHA