Les délires du pouvoir

Les délires du pouvoir

 

On dit souvent « la fin justifie les moyens ». Pour ce qui est de la campagne de notre maire sortant, les moyens ne semblent pas du meilleur goût. La Grande Motte est une toute petite ville et à ce titre les informations circulent allègrement en dehors des « assemblées discrètes » qu’organise le maire sortant candidat. D’après ce que l’on sait, issu de « monsieur de source sûre »,  en ce moment il tente de recruter pour le renouvellement massif de son équipe en essayant de ne pas ébruiter la chose auprès de ceux qui sont en place dans son équipe actuelle. Effectivement la chose n’est pas simple : Trouver de nouveaux éléments, éliminer une grande partie de l’équipe actuelle juste avant les élections de mars, le dissimuler pour ne pas avoir de problème de majorité sur le vote du budget 2014 en Janvier. Enfin bref une manipulation qui est coutumière dans la version politique de notre maire. On s’est laissé dire que quasiment tous les sortants de l’équipe actuelle, par réaction à ces informations qui circulent, étaient candidats pour figurer dans la nouvelle équipe S.Rossignol de mars 2014. L’imbroglio semble complexe.

René Couveinhes disait souvent « on ne change pas une équipe qui gagne ». Serait-il dans le doute sur l’aspect gagnant ?

Monsieur Rossignol, d’après vos propos dans la lettre adressée récemment à vos concitoyens vous considérer que votre mandature a été un succès, donc nous confirmons :

« On ne change pas une équipe qui gagne »

À moins que vous admettiez le contraire… Ou d’avoir des doutes sur le résultat des urnes.



Ajouté le 06/12/2013 par Le Lien - 1 réaction

Les réactions

Avatar Barnabe

Que de tristesse pendant cette inauguration, M. Rossignol maire candidat à la voix chevrotante, une estrade sur laquelle figurait que des inconnus ou des has been de la politique régionale ,disant adieu à son conseil mais auxquels il demandera de voter le budget 2014 des élus pour certains au bord des larmes d’autres à la limite de l’arrogance étant déjà assurés de figurer sur la liste tant attendu, des départs rapides , Arnaud, Domergue et autres Adoue, Jenin-Vignaud, Tauzin, Pigeault, des absents Mendel, Schellhase, Prat et j’en passe, probablement 5 à 600 personnes dont un bon tiers extérieures à notre ville, à la limite de l’injure se permettant de traiter l'un de ses concurrent de malveillant et d’aventurier, lui M. Rossignol qui est arrivé à La Grande Motte en 2001 étant artificiellement domicilié chez un de ses copains avec l’ambition de prendre notre ville comme un soudard et dont le seul titre de gloire était d’avoir été élu vice président du conseil régional avec les voix du FN, ambiance de fin de règne !

Le 08-12-2013 à 11:20:59

Réagir


CAPTCHA