Sylvie BERGER répond à l'article du Groupe Majoritaire de S.ROSSIGNOL

dans le dernier bulletin municipal N°38 attaquant l'opposition

 

 

 

Monsieur le Maire,

Je lis avec consternation la prose du groupe majoritaire présidé par vous dans la rubrique du bulletin municipal Tribune Libre de« Ma Ligne de Ville » N°38. Dans votre article, vous fustigez l’opposition en l’accusant de dénigrement et d’attaques personnelles. Je ne vois vraiment pas comment j’ai pu vous attaquez personnellement. Mes articles ne concernent que  votre gestion, rien d’autre.  Que dire des propos inacceptables de  Mr Muscat qui déclare dans la presse, je cite : « c’est l’opposition la plus nulle que j’ai connu en 20 ans de carrière »…. Et bien pour moi, c’est la déclaration d’un chef de cabinet la plus nulle que j’ai pu lire en 16 ans de mandat !  Vous nous accusez également  de n’avoir aucune idée, aucune initiative. Quelle mauvaise foi ! Quand c’est vous qui refusez toute implication. J’ai proposé à plusieurs reprises de faire partie de commissions ou de comités consultatifs prévus par le règlement du Conseil Municipal. Mes demandes sont restées sans suite. J’ai rencontré  Mr FRAPPA en charge du jumelage,  je lui proposé de mettre mon expérience dans ce domaine, au service de la ville, et de m’impliquer à ses côtés : Toujours aucune réponse. Quant à vos leçons de moral concernant l’intérêt général et être au service des citoyens et non au service de soi-même, je ne ferai pas de commentaire,  mais venant de vous,  cela pourrait faire sourire si  le sujet n’était  si grave. Sachez que je n’ai jamais fait passer mon  intérêt personnel  avant celui des grand-mottois,  et que je n’ai jamais eu d’autre ambition que l’avenir de La Grande Motte. Je n’ai pas à rougir de mes 16 années de mandats et  je n’ai à ce sujet  aucune leçon à recevoir.

Malgré cet injuste jugement, je n’oublie pas d’encourager Marie-Thérèse Bruguiere et Brice Bonnefoux, pour leur récente élection au Conseil Départemental. Ils vont à leur tour, faire partie de l’opposition. J’espère qu’ils seront considérés dans cette assemblée, avec  respect et estime, comme le mérite tout élu de la nation, ce qui n’est malheureusement plus  le cas à La Grande Motte.

Sylvie BERGER

 

 



Ajouté le 13/04/2015 par Le Lien - 0 réaction

Venez nombreux

 

 

 



Ajouté le 02/04/2015 par Le Lien - 0 réaction

Article de Midi Libre du 05 Février concernant les finances

de La Grande Motte

 



Ajouté le 06/02/2015 par Le Lien - 0 réaction

Intervention de Sylvie Berger à la réunion du Conseil Municipal de La Grande Motte le 3 Février 2015 au sujet du « Débat d’Orientation Budgétaire 2015 » donnant les éléments de gestion de la Ville pour cette année

 

 

 

S’adressant au Maire et à son groupe :

 

 

Je souhaiterais moi aussi faire un petit rappel historique, vous évoquez une  situation inédite qui vous prend de court semble-t-il : FAUX.

 En 2013 vous aviez en main un rapport financier du cabinet Finances Actives  commandité par vous qui vous mettez en garde et faisait état :

 

  • d'une absence d'autofinancement donc pas de ressources propres pour financer l'investissement
  • constatait une augmentation des dépenses et ce graduellement depuis le début de votre 1er mandat d'environ 3% par an, d'une diminution des recettes et de ce fait un effet ciseau clairement caractérisé, je cite page 9 de ce rapport ce qu’il préconisait :

           

       - De diminuer les dépenses en introduisant enfin la notion d'économies, notion à laquelle vous étiez hermétique depuis des années

          

            - De limiter voire stopper le recours à l'emprunt

 

Vous n'avez tenu aucun compte des préconisations de ce rapport, au contraire, dans le budget 2014, guidé par vos ambitions électorales, à 2 mois du scrutin, vous avez même augmenté certains postes de manière significative, exemple les subventions aux associations, clientélisme oblige.

 

Aujourd'hui sous couvert de la baisse historique des dotations de l'état, baisse qui existait déjà en 2014, vous introduisez enfin le mot économies dans votre vocabulaire, alors que depuis 6 ans, élus de l'opposition nous n'avons eu de cesse de vous mettre en garde contre votre politique de cigale.

 

Quand vous parlez de baisse historique des dotations de l'état, il faut savoir que cette baisse est de l'ordre de 618000 euros, 1% environ du budget global de la ville, et que sans le cadeau de 250000 euros au Pasino, cette absence de recettes ne représenterait plus que 368000euros, somme dérisoire quand on sait que vous avez gaspillé 10 millions d'euros dans l'avenue de l'Europe, avec un résultat plus que discutable.

 

Vous nous présentez donc un débat d'orientation budgétaire avec comme objectif de faire des économies, mieux vaut tard que jamais…

 

Pour ce faire vous tapez dans la masse salariale pour 50000 euros :

 

- Par le non renouvellement de postes,

- Mais aussi par la suppression de primes (ceci n'est pas inscrit dans le document que nous avons entre les mains mais en cours de négociation) de ce fait et pour donner un sincère exemple de votre volonté d'économie : il serait judicieux de renoncer aux 25 % supplémentaires de vos indemnités de fonction que vous vous êtes fait voter en début de ce mandat ? Comme on dit : ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse.

Vous évoquez la mutualisation du personnel avec l'agglo des Pays de l’Or et vous donnez comme exemple le directeur de cabinet,  bien mauvais exemple car il n'y a jamais eu de directeur de cabinet à l'agglomération, c'est donc vous qui créez ce poste supplémentaire.

 

Concernant les investissements, vous titrez : il faut retrouver les marges de manœuvres pour investir, marges de manœuvres que vos prédécesseurs vous avez laissées, et que vous avez perdues au fil de votre mandat par vos dépenses inconsidérées.

 

Vous disiez en 2008 : « malgré la crise je ne veux pas mettre la tête dans le sable et nous continuerons à avoir un haut niveau d'investissement....... », à vouloir ne pas mettre la tête dans le sable, vous avez aujourd'hui la tête dans le mur, et le réveil est brutal.

 

Ces investissements sont donc historiquement bas et pour cause, en 2014, malgré un contexte économique dégradé, et toujours la baisse historique des dotations de l'état, couplet que vous nous chantez tous les ans maintenant, l'enveloppe était de 8 millions d'euros, élections obligent,  aujourd'hui la proposition est de 2 millions d'euros, déjà largement grignotée par les horodateurs, les pompes de refoulement etc… Et pour ces 2 millions la ville doit encore emprunter.

 

Je suis au regret de vous dire que ce débat d'orientation budgétaire  est le résultat de votre mauvaise gestion financière depuis 7 ans, et que vous ne devez-vous en prendre qu'à vous-même, sans chercher d'autre responsable. Averti des dangers  et des conséquences financières graves que représentait la crise économique majeure que nous traversons depuis 2008, vous avez cependant continué à mener votre politique de cigale avec comme toile de fond vos ambitions personnelles. Et ce n'est pas le rappel en préambule, des principes généraux comptables, qui risquent de me faire changer d'avis, car dans l'absolu vous n'avez respecté aucun de ces principes, votre gestion n'a jamais été ni sincère ni prudente



Ajouté le 04/02/2015 par Le Lien - 0 réaction

Lettre de Sylvie Berger absente adressée à Stéphan Rossignol qui aurait dû être lue en séance au dernier Conseil Municipal 

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur le Maire,

 

Comme je vous en ai informé, je ne peux pas être présente à ce conseil, et soyez assuré que je le regrette très sincèrement.

Je donne mon pouvoir en toute confiance à  Mr Pierre-Roland TRANCHAT, qui même s’il n’est pas de mon groupe d’opposition, et je ne souffrirais aucun amalgame,  votera  en mon nom avec honnêteté, et respect de mes positions,  quant aux différentes délibérations.

La première décision concerne le procès-verbal du  conseil municipal en date du 26 juin. Je refuse  de signer ce procès- verbal,   où aucune des interventions de l’opposition n’a  été rapportée. Pour ce faire,  je me fonde sur  l’article 26 Chapitre V  du règlement intérieur du conseil municipal, qui stipule :

 « Les séances publiques du conseil municipal sont enregistrées,  et donnent lieu à l’établissement du procès-verbal de l’intégralité des débats ».

 Comme il est prévu, le motif de mon refus devra être  expressément notifié en marge du document.

Ainsi,  vous ne respectez pas le règlement du conseil,  alors qu’il a été régulièrement adopté en séance. J’en déduis que vous êtes incapable de mettre en pratique dans notre  ville,  ce que vous préconisez  par ailleurs.

Vous avez Monsieur, co-signé un article avec   Mr Christian ESTROSI, maire de Nice,  qualifiant le gouvernement de pratiques d’un autre âge. Permettez- moi de vous dire, qu’à La Grande Motte, nous sommes, grâce à vous,  revenus au Moyen Age. Votre peur de la nouvelle opposition  vous amène à des excès  de pouvoir,  visant à restreindre l’expression de la démocratie dans ce conseil.

 Pourtant, pendant  la campagne vous aviez promis qu’une fois élu,  vous seriez  le maire de tous les grand-mottois. Or vous méprisez  volontairement,  les représentants des 46 % des suffrages exprimés,  qui  ne sont pas d’accord avec votre gestion.

 En 2008,  et c’était tout à votre honneur, vous aviez ouvert les commissions et les groupes de travail à l’opposition, vous étiez devenu vraisemblablement, le premier maire a véritablement intégrer l’opposition dans la gestion de la ville. Mais depuis votre élection,  vous vous êtes totalement écarté de cette ligne. Aujourd’hui vous changez les règles,  et vous allez jusqu’à  ne plus  retranscrire nos  interventions. Vos pratiques dignes d’un régime totalitaire, sont indignes  des principes démocratiques chers à votre parti l’UMP.

 Vous le savez,  j’ai toujours été  proche de votre famille politique, et personnellement j’ai toujours eu respect et  considération pour vous. Mais aujourd’hui vous dépassez les limites du politiquement correct, et votre attitude face à l’opposition est décevante. On aurait pu penser que vous auriez le courage de prendre de la hauteur,  face  à cette nouvelle situation issue des urnes, force est de constater qu’il n’en est rien. 

J’espère très sincèrement, que vous saurez entendre mon message,  en redonnant à ce conseil  les valeurs démocratiques qui sont celles de la  République et qui le quittent peu à peu. Je vous rappelle que la Marseillaise en début de séance ne vous donne pas l’absolution,  elle est un rappel aux valeurs républicaines, et nous invite tous  à savoir en rester dignes.

 

Je remercie Monsieur Pierre-Roland TRANCHAT, ainsi que tous les élus, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition,  pour leur patience et leur compréhension.

 

 

Sylvie BERGER



Ajouté le 16/10/2014 par Le Lien - 0 réaction

Page précédente    2 3 4 5 6 7 8   Page suivante